Carnet de notes

Robert Bergeron

26 mai 2019, 15h30 PM

– Il n’y a rien après l’auberge –un cul-de-sac– (en fait, la route continue, donnant accès à trois terrains privés. De l’autre côté de la route: une berge de rochers noirs. Impossible de quitter l’auberge sans repasser par la route par laquelle on y est arrivé. Conclusion: Si les gens de l’Isle n’ont pas vu Fréchette quitter l’auberge, il n’a pu la quitter que par le fleuve ou la forêt.

– Étrange qu’on décide de repeindre le «Bateau Ivre» (d’un rouge vif) aujourd’hui. La couverture du peintre est presque devenue un cliché d’espionnage. On pourrait croire qu’on surveille de près l’enquête sur la disparition du célèbre écrivain.

– Je ne parviens pas à me sortir cette histoire de mi-carême de la tête. À mon avis, là où il y a des masques, il y a, la plupart du temps, quelque chose à cacher: quelque chose qui, peut-être, a malencontreusement croisé le regard indiscret de l’écrivain de Saint-Pierre-les-Becquets.

– L’auberge est toujours en vente: vérifier l’intérêt de Fréchette pour le domaine de l’immobilier. Un endroit magnifique: une chance qui ne passe pas deux fois. Les acheteurs doivent se ruer sur l’occasion, être prêts à commettre toutes sortes de bassesses pour écarter la compétition.

– On distingue des traces de pneus partant de la route, continuant pour un moment sur le sable puis se perdant sur la rive. Note: vérifier si elles correspondent au véhicule de Fréchette.

– L’eau est claire. J’aurais dû amener ma canne à pêche.

– Pièce à conviction #1: trois douilles de calibre douze trouvées au milieu de la route, juste en face de l’auberge. Un tireur aurait pu se positionner à cet endroit pour prendre sa cible en souricière au bout de la route. Le niveau d’oxydation de la partie métallique semble indiquer que les douilles sont là depuis déjà un bon moment, quoique le printemps a été particulièrement pluvieux. Note: Les envoyer au laboratoire de balistique pour analyse.

– De gros sacs de paillis (de couleur rouge) gisent près des plates-bandes. On a dû refaire le terrassement récemment. Ceci dit, rien n’indique qu’une quantité considérable de terre ait été retournée.

– Les rénovations seraient-elles prétexte à couvrir des éléments incriminants?


Suivez Sophie Fillion ou Apprenez-en plus sur Robert Bergeron