Préparer l’expédition

Rina Vallée

Montmagny, 23 mai 2019

On connait l’Archipel de l’Isle-aux-Grues d’abord grâce au peintre Jean-Paul Riopelle qui y a habité pendant les années 1970-1980, y laissant ses traces; ensuite, en raison d’une étonnante histoire de contrebande de fromages qui a fait les manchettes il y a six ans, impliquant des vacanciers, mais aussi des habitants de l’île. On se souvient de cette affaire qui s’est soldée par un drame hors de l’ordinaire, lorsqu’un traversier en provenance de Montmagny, après un virage douteux, s’est échoué sur un rocher de l’île, blessant de nombreux adolescents à leur retour de l’école. Si je reviens sur cet événement, c’est qu’il a été ma première affaire sérieuse à titre de constable spéciale. Pour ce cas-là, il s’agissait de mener des fouilles et des arrestations. Je terminais ma formation à l’époque; on m’a donné la responsabilité du dossier. Je n’ai cessé depuis de m’occuper, en collaboration avec la police, des cas de Montmagny, les îles, La Pocatière, et jusqu’à Rivière-du-loup.

Je suis passionnée par la sécurité. J’ai à cœur l’application des lois; je connais tous les règlements. Voilà pourquoi on me fait confiance pour coordonner l’enquête sur la disparition de Joseph Fréchette. Il faut être dotée d’un bon sens de l’observation, assurer une rigueur au travail et se trouver en excellente forme physique. Je suis une professionnelle de la fouille, et je peux même désamorcer des petites bombes. Je prodigue les premiers soins. Je sais nager. Pendant les trois jours consacrés à notre enquête, j’aurai pour mission de protéger la vie et de maintenir la paix et l’ordre. Il ne serait pas étonnant que certaines personnes sensibles parmi le groupe, mises sous pression dans des conditions inhabituelles où les attentes sont élevées, tentent des manœuvres dangereuses, et que certaines actions tournent mal. Je traquerai les comportements suspects. Toute personne manifestant des inconduites aura, envers le groupe, à répondre de ses actes.

Des enquêteurs de la brigade criminelle sont logés à la Maison du Grand Héron depuis que la disparition de Joseph Fréchette a été signalée, il y a trois jours. C’est l’aubergiste de l’Auberge des Dunes, où s’est installé Fréchette il y a deux mois, qui a alerté les autorités. Elle a déclaré que les effets personnels de l’écrivain étaient encore dans sa chambre. Elle ne sait pas exactement à quel moment il a disparu. Elle nous accueillera et nous hébergera lorsque nous arriverons sur l’Isle-aux-Grues le 26 mai. À ce moment-là, les responsables de l’enquête criminelle seront sur le point de quitter les lieux; ils auront étudié le périmètre, mené leurs interrogatoires et amassé les indices et les preuves nécessaires à leur enquête, qu’ils poursuivront dans leurs bureaux.

Par la suite, je serai le nœud centralisateur de l’investigation. Nous organiserons différentes battues et nous inspecterons les alentours de l’auberge. Nous pourrons rencontrer les habitants de l’île. Tout indice ou toute information susceptible d’aider la police devra impérativement passer par moi. Nous laisserons des traces écrites de nos observations et de nos intuitions; ces traces faciliteront les recoupements. Nous ferons, en groupe, des sessions-conseil, afin de partager nos renseignements. Je transmettrai les résultats de nos démarches au Ministère de la sécurité publique, dont je relève. Je serai la meilleure alliée des membres du groupe ou, s’il le faut, l’étau se resserrant sur leur conscience.

Rina Vallée

Constable spéciale Juridiction du Québec Ministère de la sécurité publique


Suivez Rina Vallée ou Rencontrez Joseph Frechette (sans accent)